Psychonautes

Juin 22 - Juillet 27, 2013

Eté 2013 : sous l'appellation Nouvelles Vagues, le Palais de Tokyo confie sa programmation à une sélection de 19 jeunes Curateurs, dont les propositions mettent en question les enjeux du commissariat d'exposition et témoignent de leur capacité à imaginer de nouvelles formes du rapport à l'art.

 

Le Comité des Galeries d'Art a souhaité s'associer à ce projet.

Une trentaine de galeries parisiennes ont invité des curateurs à concevoir pour leurs espaces une exposition offrant un regard neuf sur leur champ d'activité.

 

La galerie Malingue a vu dans cette proposition l'occasion séduisante d'envisager les résonances contemporaines d'œuvres de certains de ses artistes historiques.

Arnauld Pierre, historien et critique d'art, a ainsi conçu un projet qui, autour d'œuvres de Vidya Gastaldon et Hugues Reip, dessine de possibles descendances à quelques uns des plus singuliers artistes de l'Ecole de Pont-Aven, Nabis ou Symbolistes (Paul Sérusier, Charles Filiger, Emile Bernard, Odilon Redon etc…).

 

 

Proposition d'Arnauld Pierre pour la galerie Malingue :

PSYCHONAUTES

 

"Dans quel paysage le spectateur de tel tableaud'Emile Bernard, peint en 1892, voyage-t-il ? Les Falaises d'Yport, nous dit son titre. Mais le regard nous apprend tout autre chose. Les rochers s'étirent en courbes vertigineuses et semblent danser, leurs parois s'éclairent d'un rose contrastant avec les bleus et les verts sans modulation de la mer, une vache rouge et la robe d'une paysanne font des taches vives sur la teinte brunâtre de la prairie. Le regard tangue et ondule au rythme des lignes, la perception vacille au seuil d'une autre réalité. Car ces déformations linéaires et ce chromatisme outré sont les formes d'un paysage intérieur, modifiées par la production d'états de conscience différents. Un monde que les Nabis ont exploré par les voies de l'ascèse personnelle, en un savant dosage de piété traditionnelle et de religiosité déviante, de théosophie et d'occultisme. Oubliez les mièvreries de l'historiographie courante : les Nabis sont d'authentiques psychonautes, ils forcent les portes de la perception avec la clé de la mystique et débouchent sur un monde intérieur transfiguré par la danse des lignes et la vibration des énergies chromatiques. Appartenant à une époque, celle de Taine, de Souriau et de Bergson, qui a posé la question de la perception sous les catégories de la suggestion et de l'hallucination, ils établissent la fonction de l'art au nombre des méthodes extatiques capables de conduire le spectateur vers d'autres niveaux de conscience.

 

Le projet Psychonautes vise à rapprocher un ensemble significatif d'œuvres nabies de celles de deux "psychonautes" actuels, Hugues Reip et Vidya Gastaldon. Avec Deep Night Music, Reip plonge le regard dans les eaux profondes et en rapporte des visions qui doivent autant à Redon qu'à Fahlström. Les champignons hallucinogènes de Mushbook (en hommage à William Burroughs) sont peut-être la cause de ces œuvres nombreuses, sculptures, dessins, vidéos, qui inventent en permanence de nouvelles métaphores du monde organique, où les règnes se mêlent, ainsi que les milieux : air, terre, eau et feu. Le motif de l'œil, cher à Redon, devient chez Gastaldon le centre génératif de nouvelles métamorphoses dont il sera le premier contemplateur. C'est l'œil de la création, celui dont se dote la nature pour devenir consciente d'elle-même, au milieu des énergies corticales et des explosions neurologiques traduites par la couleur fluidifiée et la ligne aérienne de l'artiste : le spectacle cosmique est dans votre cerveau, l'œil est l'organe qui en libère la transe. Reip et Gastaldon sont les représentants actuels d'un art visionnaire qui retrouve - sans dissimuler pour autant ses influences pop (mangas et comic strip) - ses sources symbolistes."

A.P.

 

 

iste des Artistes présentés

 

Vidya Gastaldon (née en 1974)

Hugues Reip (né en 1964)

 

Emile Bernard (1868-1941)

Maurice Denis (1870-1943)

Charles Filiger (1863-1928)

Georges Lacombe (1868-1916)

Odilon Redon (1840-1916)

Paul Sérusier (1864-1927)

 

Vidya Gastaldon

L'œuvre de Vidya Gastaldon dessine les contours d'un univers dans lequel les divinités hindoues côtoient des personnages du Muppet Show, et où les allusions christiques se mêlent aux citations de Turner, Blake ou Bunuel. Ses visions protéiformes relèvent du divin, de l'hallucination ou tout simplement du quotidien. Que ce soit dans ses dessins, peintures ou sculptures, ce mélange syncrétique de sacré, de sensualité, d'humour et de provocation légère s'exprime avec une grande richesse formelle.

Vidya Gastaldon est née en 1974 à Besançon. Elle vit et travaille à Genève. Son travail est présent dans les collections suivantes : Fonds Municipal d'Art Contemporain, Genève; Musée Jenisch, Vevey; Fonds National d'Art Contemporain, Paris; Frac Piémont, Turin; Musée National d'Art Moderne - Centre Pompidou, Paris.

 

 

Hugues Reip

 

Les théâtres d'ombres, le dessin animé ou le cinéma des origines sont quelques-uns des domaines dans lesquels Hugues Reip aime s'aventurer pour repenser la forme de l'exposition. Artiste qui privilégie les artifices bricolés, les illusions dénoncées aussitôt qu'aperçues, il a le goût de la science-fiction et des univers parallèles. Il sait trouver des fenêtres dans l'espace-temps pour s'emparer avec les doigts d'une séquence d'un film de Keaton, s'aventurer dans des décors de Méliès pour rencontrer l'aventure, faire entrer un toon dans l'espace en lui gardant sa platitude, ou élever des champignons dans un livre de Burroughs pour en faire éclore un sens secret. Par un jeu de miroirs, les appels et les allusions à des formes parfois archaïques de l'avant-garde font ressortir que l'art contemporain, même dans ses expressions les plus radicales, exige lui aussi que l'incrédulité soit suspendue. (Patrick Javault)

 

Hugues Reip est né en 1964 à Cannes. Il vit et travaille à Paris. Ses dernières expositions personnelles étaient, en 2012, Black Soul, au Crystal Palace à Bordeaux, en 2009, Le Château, au Centre d'Art Contemporain du Domaine Départemental de Chamarande et en 2008 Parallel Worlds au M.O.T Museum à Tokyo. Une monographie consacrée à son œuvre depuis 1990 est parue en 2011 aux éditions Villa St Clair.